Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Itinéraire d'une cinéphile

Bienvenue sur mon site de critiques de films et de séries en tous genres. Bonne visite !


Black Mirror (Saison 1)

Publié par Coralie sur 10 Mai 2014, 23:21pm

Catégories : #Séries - Science-fiction

Black Mirror (Saison 1)

Diffusion : 2011

Vu en : version originale sous-titrée

Ma critique : "Black Mirror" n'est pas une série, c'est un concept. En effet, chaque épisode a un scénario et des personnages différents. Cependant, la problématique reste la même. Il s'agit de la relation entre l'Homme et la technologie, et des extrêmes auxquels elle est susceptible de mener dans un futur proche, voire très proche.

Dans le premier épisode, une princesse a été kidnappée et, en échange de sa libération, son tortionnaire réclame que le premier ministre anglais ait un rapport sexuel avec une truie, en direct à la télévision. Même si le thème de la zoophilie peut choquer, cet épisode m'a beaucoup plu car il s'agit d'une critique réussie des réseaux sociaux, mais aussi de l'opinion publique et de l'importance que lui accordent les hommes politiques. Ceux-ci n'agissent pas en fonction de leurs convictions, mais en fonction de ce qui serait bénéfique à leur image. On note d'ailleurs le caractère fondamental des sondages.

Black Mirror (Saison 1)

Après avoir été quelque peu secouée par ce premier épisode si osé et si réaliste, je me suis précipitée sur le deuxième épisode, en me demandant bien ce qu'il me réserverait. Cette fois, "Black Mirror" montre du doigt les télé-réalités, mais aussi la publicité ainsi que le caractère docile et passif des téléspectateurs qui sont animés par un besoin insatiable de distraction virtuelle. Cet épisode nous dépeint un environnement futuriste dans lequel les gens sont confinés dans un bâtiment très moderne. Ils passent leurs journées à pédaler sur des vélos d'appartement afin de gagner le plus de monnaie virtuelle pour pouvoir acheter de nouveaux vêtements et de nouveaux loisirs non pas pour eux, mais pour leurs avatars. Du réveil au coucher, la technologie ne quitte pas les Hommes. Ils dorment chacun dans des chambres dont les murs sont des écrans de télévisions sur lesquels sont diffusés toutes sortes de programmes plus abrutissants les uns que l'autre. Le comble : il faut débourser de la monnaie virtuelle pour être autorisé à sauter les publicités. Dans cet environnement confiné, tout le monde rêve de participer à une émission de télé-réalité, ressemblant à "La nouvelle star". La critique de ce type de programme télévisé est concentrée dans les paroles très crues qu'ont les jurys envers les candidats ainsi que dans la scène finale de l'épisode qui nous montre clairement que nous ne pouvons pas échapper au système.

Malgré un thème intéressant, ce deuxième épisode ne m'a pas plu car il manquait terriblement de rythme et de suspense. Je me suis ennuyée, et cet ennui a été accentué par le fait que j'ai eu du mal à rentrer dans l'histoire car je ne parvenais pas à m'identifier aux personnages autant que dans dans l'épisode 1. J'ai donc pu m'atteler davantage à comprendre les différentes critiques faites à la société moderne à travers cet univers de science-fiction, contrairement au premier épisode dans lequel j'étais tellement rentrée que je n'ai pu réfléchir qu'ensuite à sa portée.

Black Mirror (Saison 1)

Le troisième et dernier épisode de cette saison 1 de "Black Mirror" est mon préféré. J'ai pris une grosse claque. Dans les deux premiers épisodes, les thèmes étaient osés mais pas franchement polémiques. En effet, je pense qu'on peut comprendre l'action du premier ministre étant donné la situation critique et désespérée. On n'a également aucun mal à admettre le caractère pervers des télé-réalités avec notamment leur culte de la beauté parfaite. Cependant, dans ce troisième épisode, je pense que le thème abordé est davantage susceptible de provoquer des débats.

Dans un futur proche, une majorité de la population a un "grain" implanté derrière l'oreille, il s'agit d'une puce capable d'enregistrer tout ce que nous voyons et entendons, et qui nous permet surtout de le revisionner à volonté. Plus particulièrement, on découvre l'importance de cette technologie révolutionnaire dans la vie privée des Hommes et notamment dans leur vie de couple. Le tout donne un épisode époustouflant, dont les 48 minutes passent très vite, qui nous pousse à nous questionner : aimerions-nous vivre dans un tel monde ? Est-il vraiment agréable de pouvoir revisionner ses souvenirs de manière illimitée ? Cette technologie permet de déjouer les mensonges des autres mais l'Homme peut-il vivre paisiblement sans jamais mentir ? Selon moi, la réponse se trouve au milieu : certains souvenirs mériteraient de pouvoir être revisionnés (bons moments, être cher perdu...) mais la possibilité de tout revoir n'est pas souhaitable car cela crée des Hommes paranoïaques (Liam) et parfois même pervers (Jonas). Il y a matière à débattre !

Pour conclure, "Black Mirror" est une série originale, innovante, à la réalisation très soignée, et surtout qui OSE. Pour ne rien gâter, les acteurs sont bons. Celui qui m'a le plus impressionnée et touchée est Toby Kebbell, qui interprète Liam Monroe dans l'épisode 3.

Merci au créateur, Charlie Brooker, pour cette superbe série hors du commun. Je terminerai cette critique par l'une de ses paroles : "Si ces nouvelles technologies agissent comme une drogue - et cela semble bel et bien être le cas - alors quels sont leurs effets secondaires ? Cette zone - entre plaisir et inconfort -, c'est là que se développent les histoires de Black Mirror".

Ma note : 17/20

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents