Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Itinéraire d'une cinéphile

Bienvenue sur mon site de critiques de films et de séries en tous genres. Bonne visite !


American promise

Publié par Coralie sur 20 Juin 2014, 11:41am

Catégories : #Documentaire

American promise

Sortie : prochainement

Vu en : version originale sous-titrée

Ma critique : Du 11 au 17 juin 2014, a eu lieu le Champs-Elysées Film Festival (renseignements ici : http://www.champselyseesfilmfestival.com). Je m'y suis rendue lundi soir pour assister à l'avant-première de "American promise", en présence de la co-réalisatrice, Michèle Stephenson, et de l'un des acteurs principaux, Idris Brewster.

A travers ce documentaire, les réalisateurs Michèle Stephenson et Joe Brewster nous font découvrir le parcours de leur fils Idris et de son meilleur ami Seun, deux jeunes garçons afro-américains qui devront se frayer un chemin dans un milieu scolaire quasi-ségrégationniste.

Le tournage de ce documentaire original s'est étendu sur 14 années, cela correspond à plus de 800 heures d'images qui ont nécessité plus d'un an de montage. Tous ces efforts ont visiblement payé puisque "American promise" a reçu le prix du jury des blogueurs du Champs-Elysees Film Festival 2014, le prix spécial du jury au Festival du film de Sundance dans l’Utah et fait partie de la sélection officielle du Festival du film de New York.

J'ai beaucoup apprécié "American promise", ce documentaire plein de sincérité m'a émue. Les émotions qui ressortent des scènes touchantes sont décuplées car les personnes qui apparaissent à l'écran ne sont pas des acteurs, ces personnes ne décident pas de ce qu'il va leur arriver, elles sont actrices de leur propre vie. Chaque réaction, de joie ou de tristesse, est authentique et cela se ressent.

American promise

Avant tout, "American promise" nous montre la difficulté d'intégration d'Idris et Seun dans la prestigieuse Dalton School. C'est avec beaucoup d'intérêt et de compassion que je les ai vus prendre des chemins différents. Ils ont tous les deux vécu leur scolarité différemment. En effet, d'un côté, Seun a beaucoup de mal à se faire des amis parmi les blancs. De l'autre côté, Idris est très à l'aise avec les garçons blancs, il doit même "changer de voix" lorsqu'il revient jouer avec ses amis noirs car ceux-ci trouvent qu'il parle "comme un blanc". Ces deux situations personnelles distinctes les amènent tous les deux à avoir une certitude troublante : tout aurait été plus facile s'ils avaient été blancs. Je trouve cela tellement horrible. Celui qui m'a le plus touchée est Idris, certaines scènes m'ont vraiment bouleversée, il m'a fait beaucoup de peine.

Grace aux caméras qui ne quittent pas nos deux protagonistes, mais aussi à travers des interviews croisées d'enseignants et de parents, "American promise" nous dévoile le caractère ségrégationniste de ce système scolaire dans lequel les enfants noirs sont quasiment prédestinés à échouer.

En outre, parallèlement à l'avancée scolaire d'Idris et Seun, nous assistons à leur développement personnel. On ne peut que constater tristement que leur épanouissement est freiné par ce milieu de vie dans lequel ils sont sans cesse rabaissés et rejetés. "American promise" a l'indéniable mérite de traiter des questions douloureuses avec beaucoup de douceur et de sincérité, les deux garçons étant peu à peu habitués à se livrer face à la caméra.

Je vous conseille vivement d'aller voir "American promise". Certains lui reprocheront une certaine lenteur mais cela ne m'a pas gênée, c'est un documentaire et non un film d'action. Vous ressortirez de la salle de cinéma avec un mélange de colère, de tristesse et d'incompréhension face à tant d'injustice mais gardez-bien en tête que, comme nous l'ont expliqué Michèle Stephenson et Idris Brewster lors du débat qui a suivi la projection, ce documentaire a eu un impact. Même si les mentalités ne changeront pas du jour au lendemain, il faut savoir que la Dalton School, qui est si vivement critiquée, a accepté de projeter le film, et celui-ci a provoqué une standing ovation. Désormais, la maternelle de la Dalton School contient 50% d'enfants de couleur. Espérons que cela s'étende à d'autres écoles semblables car "American promise" n'est pas une croisade contre la Dalton School en particulier, mais contre toutes les institutions où cette ségrégation est pratiquée.

Ma note : 14/20

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents