Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Itinéraire d'une cinéphile

Bienvenue sur mon site de critiques de films et de séries en tous genres. Bonne visite !


Le crime était presque parfait

Publié par Coralie sur 8 Février 2015, 16:10pm

Catégories : #Films - Thriller

Le crime était presque parfait

Sortie : 2 février 1955

Titre original : Dial M for murder

Vu en : version française

Ma critique : Parmi les meilleurs films que vous avez vus, combien il y en a-t-il dans lesquels personne n'est tué ? Pas, ou très peu. D'où vient cet attrait pour les histoires morbides ? Provient-il d'un besoin de nous rassurer de notre propre normalité en nous comparant à un tueur en série détraqué ? Ou est-ce simplement l'envie de se faire peur ? Même s'il est à déplorer que le meurtre soit ainsi omniprésent dans les intrigues, entraînant souvent de grands manques d'originalité, il est vrai qu'il contient un énorme potentiel scénaristique. En effet, qui dit crime, dit réflexion, préparation, stratégie, mais aussi enquête, révélations, rebondissements, et suspense.

Qu'on soit amené à se ranger du côté de la police, ou bien du côté du méchant, une question nous trotte dans la tête : le crime parfait existe-t-il ? Dans un souci de morale, mais aussi pour ne pas inciter à la violence, les films et les séries ne nous le montrent jamais. On pense notamment aux séries policières qui, à chaque épisode, insistent sur le fait que le crime parfait est impossible à commettre. Peu importe le temps de préparation et les précautions prises, il y aura toujours un détail pour trahir le meurtrier, et les policiers finiront toujours par le trouver. C'est cet élément de bascule qui marque le spectateur, et fait l'originalité d'un film ou d'un épisode de série. Dans "Le crime était presque parfait", tout repose sur une petite clé. La clé de l'appartement, la clé de l'intrigue.

Depuis qu'il s'est rendu compte que sa femme le trompe, Tony Wendice (Ray Milland) n'a qu'une idée en tête : la tuer. Pour cela, il fait appel à l'un de ses anciens camarades et lui présente son stratagème machiavélique. Trop sûr de lui, il n'a évidemment pas prévu toutes les éventualités, et son plan se complique lorsque sa femme survit à l'agression.

Le crime était presque parfait

Commence alors un jeu du chat et de la souris, le chat étant comme souvent un inspecteur de police rusé qui a plus d'un tour dans son sac. Le grand Alfred Hitchcock nous plonge dans un huit clos théâtral parfaitement maîtrisé, où le suspense est omniprésent. Trouverez vous seul le fin mot de l'histoire, ou devrez-vous attendre l'explication du détective, vous donnant aussitôt l'envie de revoir ce superbe thriller ? Dans les deux cas, on apprécie la minutie d'un scénario extrêmement bien ficelé, capable d'instaurer une tension palpable du début à la fin.

"Le crime était presque parfait" marque également la première collaboration d'Alfred Hitchcock avec la séduisante Grace Kelly, qu'on retrouvera ensuite dans l'excellent "Fenêtre sur cour" ainsi que dans "La main au collet".

Enfin, ce film est l'occasion de s'amuser à chercher la fameuse apparition que Hitchcock fait dans quasiment tous ses films. Ici, on l'aperçoit sur une photo de groupe, en noir et blanc, que nous montre le personnage principal au début du film.

Ma note : 19/20

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents