Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Itinéraire d'une cinéphile

Bienvenue sur mon site de critiques de films et de séries en tous genres. Bonne visite !


Douze hommes en colère

Publié par Coralie sur 29 Août 2015, 14:50pm

Catégories : #Films - Drame

Douze hommes en colère

Sortie : 4 septembre 1957

Vu en : version française

Ma critique : Typiques dysfonctionnements de la Justice, les erreurs judiciaires sont des phénomènes rendus tristement célèbres par des affaires aux retombées médiatiques retentissantes. A l'origine de ces sentences erronées, il y a des hommes. Qu'ils soient témoins, policiers, juges, ou jurés, ils n'ont pas su démêler le vrai du faux à un moment ou à un autre. C'est cette dernière hypothèse qui a inspiré Reginald Rose et donné lieu à une pièce de théâtre intitulée "Douze Hommes en Colère". Pour son premier long métrage, Sidney Lumet adapte cette pièce et donne naissance à un excellent huit-clos fort d'une intrigue captivante et presque intemporelle.

Enfermés dans la salle des délibérations, avec la lourde tâche de se prononcer à l'unanimité sur le sort d'un jeune homme accusé de parricide, les douze jurés vont exprimer leurs ressentis respectifs, écouter ceux des autres, et surtout essayer de convaincre. Toute la discussion, qui vire parfois à la confrontation, est articulée autour de la notion de "doute valable". Ceux qui sont absolument certains de la culpabilité de l'accusé se doivent de voter coupable. Et ceux qui ont un doute devront, non seulement voter non coupable, mais également tout faire pour éviter la chaise électrique à un jeune homme qu'ils estiment innocent.

Douze hommes en colère

Ce drame psychologique est fort intéressant car, tout en soulignant la difficulté du devoir confié aux jurés, il critique habilement les façons de penser de ces hommes. A travers ces douze portraits réalistes de citoyens, nous est dépeinte une multitude de traits de caractère, parmi lesquels se démarquent malheureusement l'égoïsme et le manque d'ouverture d'esprit. Pressés de rentrer chez eux, plusieurs jurés nous frustrent par leur manque d'implication. On aimerait tant qu'ils prennent véritablement part à ce débat capital. Celui-ci nous passionne grâce à la mise en scène de Sidney Lumet qui, dans une ambiance claustrophobique travaillée, fait grandir chez nous un sentiment d'étouffement, jusqu'à la dernière scène où l'on respire enfin.

Ma note : 18/20

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents