Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Itinéraire d'une cinéphile

Bienvenue sur mon site de critiques de films et de séries en tous genres. Bonne visite !


Zootopie

Publié par Coralie sur 20 Mars 2016, 10:07am

Catégories : #Films - Animation

Zootopie

Sortie : 17 février 2016

Vu en : version originale sous-titrée

Ma critique : Dernière création des studios Disney, "Zootopie" est une habile contraction qui désigne une ville utopique dans laquelle la chaîne alimentaire a disparu pour laisser place à une cohabitation paisible de tous les animaux. Visuellement très riche, cet univers est un puits d'inventivité qui ne cesse de nous émerveiller. L'intelligence de ce film d'animation, alliée à son sens du détail, est telle qu'on a la sensation qu'un second visionnage sera nécessaire pour percevoir tous les messages qu'il renferme. C'est d'ailleurs en partie grâce à ces messages subliminaux que les films d'animation parviennent à toucher le public adulte de façon significative. Là où les enfants s'amusent de voir cinq émotions guider les agissements de Riley dans "Vice-Versa", les adultes ont la capacité supplémentaire de comprendre le sens caché de phrases a priori anodines, telles que "les faits et les opinions, je les mélange tout le temps" ou encore "le subconscient, c'est là où on enferme les éléments perturbateurs". De la même manière, quand les enfants se délectent de voir l'héroïne de "Zootopie" triompher, certains éléments ont une résonance particulière pour les adultes. On pense par exemple au personnage de Flash, un paresseux choisi pour incarner un employé de la préfecture. L'humour à deux vitesses opère ici sa magie puisque adultes et enfants rient alors de bon coeur, mais pas forcément pour les mêmes raisons.

Zootopie

Toujours dans l'optique d'une critique subtile de notre société, la ville de Zootopie est calquée sur le modèle urbain d'aujourd'hui. Aucun humain n'y vit mais l'anthropomorphisme des animaux est tel que cela passe presque inaperçu. Ils sont habillés, ont un travail, habitent dans des maisons, regardent les informations à la télévision, et Judy possède même un téléphone dont le logo ressemble étrangement à celui d'Apple. Dans ce système bien huilé, rythmé par le travail et la consommation, chaque espèce s'est vu affecter un rôle particulier, duquel elle ne peut se sortir sans subir de railleries.

Ainsi, le jour où une petite lapine nommée Judy Hopps annonce à ses parents qu'elle veut devenir policière, et non planteuse de carottes, cela n'est pas une bonne nouvelle. Dans un discours à la fois inquiet et inquiétant, ses parents bienveillants la conjurent de ne pas poursuivre dans cette voie car "les rêves c'est bien, tant qu'on y croit pas trop". Véritable modèle de droiture et de courage, Judy n'écoute que son coeur et persévère jusqu'à atteindre son but : intégrer la police de Zootopie. Cette intégration n'est malheureusement que théorique. En pratique, sa petite taille est quotidiennement moquée par ses collègues, un groupe exclusivement composé d'animaux plus imposants. Cette discrimination n'est pas sans rappeler le racisme et le sexisme présents dans notre société actuelle.

Zootopie

Afin de bousculer les préjugés et contribuer à changer les mentalités, Judy s'allie à Nick, un renard escroc au grand coeur. Ces deux personnages attachants, admirablement doublés par Marie-Eugénie Maréchal et Alexis Victor, vont tenter de résoudre une affaire délicate : la disparition de quatorze mammifères. Leur enquête donnera lieu à une aventure riche en rebondissements, pleine d'humour et ponctuée de savoureuses références. On note un clin d'oeil au monument cinématographique "Le Parrain", comme c'est souvent le cas dans les films ("Premiers pas dans la mafia"), les séries ("The Sopranos", "The Simpsons") mais aussi les films d'animation ("Gang de Requins"). On trouve également une allusion à "La Reine des Neiges" dans une phrase prononcée par le chef de la police, ainsi qu'un clin d'oeil à "Tarzan" lors d'une course poursuite au beau milieu de la jungle.

En menant à bien leur enquête, Judy et Nick prouvent le caractère infondé des préjugés retenus à l'encontre des diverses espèces. A la manière d'une fable de Jean de La Fontaine, "Zootopie" se sert ainsi des animaux pour délivrer une double morale aux humains. D'une part, il est de notre devoir de bannir les préjugés car, outre leur caractère infondé, ils sont néfastes puisque les personnes concernées finissent par y croire et se dévalorisent. D'autre part, il faut croire en ses rêves et donner le meilleur de nous-mêmes pour y parvenir. Cette dernière idée - que l'on retrouve régulièrement dans les films d'animation - est explicitée dans la chanson "Shakira - Try Everything", ainsi que dans l'une des phrases prononcées par Judy à la fin du film : "Je vous implore d'essayer de rendre le monde meilleur.".

Ma note : 19/20

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents