Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Itinéraire d'une cinéphile

Bienvenue sur mon site de critiques de films et de séries en tous genres. Bonne visite !


Prémonitions

Publié par Coralie sur 16 Juillet 2016, 08:19am

Catégories : #Films - Thriller

Sortie : 9 septembre 2015

Titre original : Solace

Vu en : version originale sous-titrée

(ATTENTION cette critique contient des SPOILERS sur le film !)

Ma critique : Lorsqu'il est confronté à un criminel qui semble inarrêtable, le FBI fait parfois appel à des renforts un peu particuliers. Dans l'haletant "Hacker" de Michael Mann (dont vous trouverez ma critique ici : http://moviesaddiction.over-blog.com/2015/05/hacker.html), la police fédérale a dû mettre ses principes de côté pour s'acheter les services d'un pirate informatique incarcéré. Dans "Prémonitions", elle sollicite l'aide d'un médium, le docteur John Clancy, pour tenter d'arrêter un tueur en série particulièrement habile. Grâce à une étude méticuleuse des scènes de crime aux côtés de ses collègues, le médium fait une découverte glaçante : l'assassin est doté de facultés divinatoires encore plus développées que les siennes. Il dispose donc constamment d'un ou plusieurs coups d'avance, avantage qu'il revendique fièrement dès qu'il en a l'occasion.

Cette révélation marque le début d'une traque réservée aux médiums qui peine à impliquer ses spectateurs. A l'instar des enquêteurs du FBI, on se contente de suivre les indications de John Clancy en espérant qu'elles nous mèneront au tueur. Dans de telles circonstances, on fait une confiance aveugle au médium, ou plutôt quasi-aveugle puisque, contrairement à ses partenaires, nous avons un accès visuel à ses flashs divinatoires. Cette tentative d'inclure les spectateurs dans l'enquête n'est malheureusement pas suffisante car la complexité des indices que renferment ces images ne permet pas d'en comprendre le sens avant le médium. Outre leur utilité minime, ces visions - souvent déclenchées par un contact physique comme celles de John Coffey dans "La ligne verte" - s'étirent en longueur et agacent par leur mise en scène stylisée et torturée. Mais surtout, elles nous dévoilent le visage du tueur après seulement vingt minutes de film ! Ce choix scénaristique est hautement critiquable car il retire une part importante de suspense et réduit l'impact d'une scène de confrontation future.

Prémonitions

Le fameux tueur en série de "Prémonitions" est incarné par Colin Farrell, que l'on a vu récemment dans le camp adverse puisqu'il interprétait un enquêteur de police dans la seconde saison de "True Detective". Force est de constater que l'acteur irlandais n'est pas taillé pour les rôles de psychopathes. Il livre une prestation peu crédible, voire risible. On lui préfèrera largement sa performance dans l'excellent "Phone Game", où il incarnait un attaché de presse prétentieux et infidèle malmené par un maître chanteur à la gâchette facile. A vrai dire, on aurait presque préféré que les rôles principaux de "Prémonitions" soient inversés et que Colin Farrell incarne ainsi le médium John Clancy à la place d'un Anthony Hopkins toujours juste mais davantage façonné pour les personnages terrifiants à l'instar d'Hannibal Lecter dans "Le Silence des Agneaux" ou de Ted Crawford dans "La Faille".

Malgré ces défauts sans lesquels il aurait considérablement gagné en qualité, "Prémonitions" demeure un thriller convenable qui parvient à nous tenir en haleine du début à la fin. Certes, le le criminel traqué n'est pas charismatique, mais il a le mérite de poser les bases d'une réflexion intéressante sur la mort et la souffrance en général. En effet, cet assassin devin ne cible que des personnes qu'il sait promises à une mort longue et douloureuse. En les tuant avant que la maladie ne les frappe, il les soulage d'une agonie future, d'où le titre original du film ("Solace", qui signifie soulagement). Mais qui est-il pour décider de la mort de ces innocents ? Au vu des souffrances atroces qui les attendaient, certaines victimes auraient peut-être approuvé ce geste, mais d'autres auraient sûrement préféré continuer à vivre, ne serait-ce que pour préparer psychologiquement leurs proches à ce qui les attend. Intimement persuadé du bien-fondé de ses actes, le tueur a privé ses victimes de leur libre arbitre afin de faire ce qu'il croyait être juste mais rien ne nous dit que ça l'était.

Ma note : 12/20

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents