Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Itinéraire d'une cinéphile

Bienvenue sur mon site de critiques de films et de séries en tous genres. Bonne visite !


Black Mirror (Saison 3, Episode 4)

Publié par Coralie sur 24 Octobre 2016, 19:34pm

Catégories : #Séries - Drame

Diffusion : le 21 octobre 2016 sur Netflix

Vu en : version originale sous-titrée

Ma critique : Le troisième épisode de la nouvelle saison de "Black Mirror" se caractérise par une qualité remarquable et une ambition impressionnante. Le créateur de la série, Charlie Brooker, met de côté la dénonciation des potentiels effets à court terme des objets connectés et s'attaque à un cocktail explosif : la technologie et la vie après la mort. En ce sens, il poursuit la réflexion amorcée dans le premier épisode de la deuxième saison, également réalisé par Owen Harris, où une femme surmontait la mort de son mari en vivant aux côtés d'un robot façonné à son image. Cette fois, le concept est celui d'un cloud où les gens mourants peuvent transférer leur esprit afin d'accéder à un au-delà virtuel. Cette invention est un moyen de contourner l'incertitude qui règne quant à l'existence d'un quelconque paradis.

Black Mirror (Saison 3, Episode 4)

Ce paradis de substitution prend la forme d'une ville nommée San Junipero, située en bord de mer. Nous découvrons les méandres de ce lieu fascinant à travers les destins croisés de deux jeunes femmes que tout oppose : l'extravertie Kelly (Gugu Mbatha-Raw) et la timide Yorkie (Mackenzie Davis).  A la manière de Carol (Cate Blanchett) et Therese (Rooney Mara) dans "Carol", nous assistons à la naissance d'une idylle passionnée qui changera leur vie, ou plutôt leur seconde vie, à tout jamais. Toutes deux n'évoluent dans le paradis virtuel que de façon temporaire : elles en expérimentent la version d'essai, qui est limitée à cinq heures par semaine pour ne pas bouleverser leur sens des réalités. On se souvient par exemple de la façon dont la perception de la réalité s'était inversée pour le héros de "Avatar", qui alternait entre vie sur Terre et vie sur Pandora. Pour Kelly et Yorkie, comme pour Cendrillon, ce sont les douze coups de minuit qui sonnent l'heure du retour à la réalité c'est-à-dire à leur condition de personnes mourantes.

Black Mirror (Saison 3, Episode 4)

L'intrigue culottée et prometteuse de ce troisième épisode est sublimée par une narration intelligente qui sème des indices et des révélations en suivant un schéma crescendo. Au vu de la richesse des thèmes abordés, la durée de l'épisode est amplement justifiée et on se délecte de chaque scène, jusqu'à un final réussi porté par la chanson pop "Heaven is a place on earth" de Belinda Carlisle. Ce choix musical est grandiose. D'une part, les paroles de cette chanson trouvent un écho particulier dans l'intrigue de cet épisode. Le paradis est effectivement situé sur Terre : il est dans les locaux de l'entreprise TCKR Systems, qui détient les serveurs contenant toutes les "âmes digitales". D'autre part, l'atmosphère légère et pleine d'espoir de cette chanson correspond au message que renvoie l'épisode. Certes, l'immortalité - et l'ennui qui va avec - auront sûrement raison de l'histoire d'amour de Kelly et Yorkie, mais ce n'est pas important. Ce qui compte, c'est l'instant présent, le moment d'allégresse sur lequel l'épisode s'arrête. Et cette joie mêlée d'espoir que l'on ressent montre bien que "Black Mirror" a opéré un virage dans son propos. Cette série crée toujours un terrain propice à la réflexion mais plus forcément à la dépression.

Ma note : 18/20

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents