Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Itinéraire d'une cinéphile

Bienvenue sur mon site de critiques de films et de séries en tous genres. Bonne visite !


Room

Publié par Coralie sur 24 Décembre 2016, 15:25pm

Catégories : #Films - Drame

Sortie : 9 mars 2016

Vu en : version originale sous-titrée

Ma critique : A l'origine, "Room" est un best-seller d'Emma Donoghue paru en 2010. L'histoire est celle de Joy Newsome, une jeune femme de 24 ans contrainte de survivre dans un abri de jardin exigu depuis qu'elle a été kidnappée à l'âge de 17 ans. Suite aux viols répétés qu'elle subit, Joy a donné naissance à un enfant prénommé Jack, aujourd'hui âgé de 5 ans. C'est le point de vue de ce petit garçon plein de ressources que l'auteure choisit pour raconter le quotidien de Joy. L'intelligence et l'optimisme à toute épreuve de Jack donnent au récit une profondeur et une fraîcheur qu'aucun autre point de vue n'aurait su apporter.

Lorsque le réalisateur irlandais Lenny Abrahamson a manifesté son intérêt pour ce récit original, l'écrivaine Emma Donoghue lui a apporté une aide précieuse en rédigeant le scénario, assurant ainsi une adaptation cinématographique respectueuse de l'oeuvre originale. Cette implication de l'auteure dans la seconde vie de son livre rappelle l'écrivain Stephen Chbosky, qui avait lui-même scénarisé et réalisé l'adaptation cinématographique de son roman "Le Monde de Charlie" (dont vous trouverez ma critique ici : http://moviesaddiction.over-blog.com/2013/12/le-monde-de-charlie.html).

"Room" est un drame poignant qui parvient à traiter son sujet délicat de façon complète grâce à une structure composée de deux parties distinctes et équilibrées. La première partie est un huis clos qui correspond à la vie en captivité de Joy et de son fils dans cet abri de jardin surnommé "room". Le duo occupe ses journées par des séances d'exercice, de jeu et d'apprentissage, qui laissent entrevoir tout l'amour et la complicité qui les unissent l'un à l'autre. Ces moments suspendus - qui contrastent avec l'atrocité du contexte - sont perturbés par les intrusions régulières du ravisseur, surnommé "Old Nick" en référence au diable. Durant ces scènes glauques, le réalisateur préfère la sobriété de la suggestion à l'horreur des images explicites, et on l'en remercie vivement.

Tandis qu'on se demande comment Joy fait pour supporter cela depuis des années, la jeune femme a un déclic. A la vingt-cinquième minute du film, lorsque Jack lit à haute voix "Alice au pays des merveilles" de Lewis Carroll, Joy s'interroge : et si Alice avait raison ? Et si, en effet, très peu de choses étaient vraiment impossibles ? L'évasion - possibilité à laquelle Joy ne songeait plus depuis l'échec de sa dernière tentative - revient aussitôt à l'ordre du jour. D'ailleurs, c'est le moment ou jamais car, Old Nick étant au chômage depuis plusieurs mois, il risque de perdre sa maison et donc de devoir se débarrasser de ses prisonniers. Joy passe alors d'une résignation silencieuse à une rage de vivre époustouflante qui va la pousser à mettre au point un plan d'évasion. En tant que spectateurs, il faut avoir le coeur bien accroché lorsque Jack tient son destin, ainsi que celui de sa mère, entre ses petites mains. L'empathie et l'identification aux personnages sont telles que, lorsqu'ils s'échappent enfin, on exulte avec eux.

Ce changement d'environnement marque le début de la seconde partie du film, dédiée à la délicate reconstruction de deux âmes meurtries. Après avoir été forte pendant tant d'années afin de donner à son fils un semblant de vie normale, Joy s'effondre quand l'horreur de son calvaire lui saute à la figure. Heureusement, Jack s'en sort mieux car le monde qui l'entoure désormais n'a de cesse de l'émerveiller. Et, grâce au point de vue subjectif du film, l'émerveillement de Jack est notre émerveillement.

De bout en bout, "Room" nous émeut et nous fait réfléchir. On demeure captivés par les deux protagonistes magistralement interprétés par Brie Larson et Jacob Tremblay. Du haut de ses 9 ans, celui-ci signe certainement la meilleure performance d'un enfant au cinéma. Nul doute qu'une belle carrière d'acteur l'attend s'il continue sur cette lancée. Quant à Brie Larson, sa performance impressionnante lui a valu de multiples récompenses dont le prestigieux Oscar 2016 de la meilleure actrice.

Ma note : 17/20
 

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents