Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Itinéraire d'une cinéphile

Bienvenue sur mon site de critiques de films et de séries en tous genres. Bonne visite !


Premier Contact

Publié par Coralie sur 5 Mars 2017, 22:06pm

Catégories : #Films - Science fiction

Premier Contact

Sortie : 7 décembre 2016

Titre original : Arrival

Vu en : version originale sous-titrée

Ma critique : Après avoir remporté pléthore de prix pour un court-métrage et divers longs-métrages, le réalisateur canadien Denis Villeneuve fait une entrée fracassante sur le marché hollywoodien en 2013 avec deux thrillers psychologiques : l'anxiogène "Prisoners" et le puzzle "Enemy". Désormais, seule la mention "réalisé par Denis Villeneuve" apposée au bas d'une affiche suffit à nous convaincre d'aller voir un film. Après la dispensable parenthèse "Sicario", qui manquait cruellement d'originalité, le réalisateur canadien décide de s'attaquer à un genre nouveau pour lui - la science-fiction - et adapte le roman "L'histoire de ta vie" (1998) écrit par Ted Chiang.

Sur le papier, son synopsis paraît plutôt banal puisqu'il s'agit de l'arrivée sur Terre de créatures extraterrestres, d'où le titre original "Arrival". Mais, une fois portée à l'écran, cette intrigue prend une dimension extraordinaire. "Premier Contact" est un film de science-fiction riche qui s'approprie parfaitement le thème des extraterrestres pour nous inviter à réfléchir sur des thèmes complexes et passionnants. Ceux-ci sont si appréciables qu'on lui pardonne aisément ses lenteurs, qui vont de pair avec l'atmosphère légère et envoûtante instaurée.

Premier Contact

Le premier axe de réflexion est le langage. Car, pour poser la question cruciale aux extraterrestres ("pourquoi êtes-vous venus sur Terre ?"), il faut d'abord leur apprendre notre langue. Le gouvernement a donc fait appel à une équipe d'experts, dont la linguiste Louise Banks (Amy Adams). Cet apprentissage devient rapidement mutuel, Louise ayant également besoin de comprendre la langue des extraterrestres. Ces échanges sont purement captivants. Il est impressionnant de constater l'originalité - permise par une totale ouverture d'esprit et une complète abstraction des éléments existants - dont les concepteurs de cette langue et des créatures qui la parlent ont su faire preuve. Contrairement à leurs congénères esquissés dans d'autres films, les extraterrestres de "Premier Contact" n'ont pas un physique proche de celui des humains. Ils sont des sortes de pieuvres-araignées à la peau de baleine dont la posture rappelle celle de l'araignée géante qui surplombait la ville dans "Enemy".

Outre leur langage matérialisé par des formes circulaires, ces créatures baptisées "heptapodes" communiquent en émettant des sons semblables à ceux des extraterrestres de "Signes" (dont vous trouverez ma critique ici : http://moviesaddiction.over-blog.com/signes). Autre point commun avec ce film : des éléments montrant la présence des extraterrestres sont présents partout dans le monde. Dans "Signes", il s'agissait de formes dessinées dans des champs de maïs et visibles depuis le ciel. Ici, ce sont douze vaisseaux extraterrestres, répartis sur Terre selon une logique inconnue. Là encore, l'originalité de ces objets est frappante. L'habituelle soucoupe spatiale et son faisceau lumineux ont laissé place à une forme ovoïde noire inspirée de celle de l'astéroïde Eunomie, en orbite dans notre système solaire. Cette forme si particulière n'est pas sans rappeler le monolithe noir découvert sur une base lunaire dans "2001 : L'Odyssée de l'espace" (dont vous trouverez ma critique ici : http://moviesaddiction.over-blog.com/2016/08/2001-l-odyssee-de-l-espace.html)

Premier Contact

Dans son traitement du langage, "Premier Contact" s'inscrit dans la continuité de la théorie Sapir-Whorf, selon laquelle la langue que l'on parle détermine notre mode de pensée et notre façon de voir le monde. Cela nous amène au deuxième axe de réflexion du film : le choix de vie de Louise. En ouvrant le film sur une scène tragique, à savoir la mort de la fille de Louise, le réalisateur nous manipule en sous-entendant que tout ce qui suivra sera postérieur à cette scène. Toutefois, ce n'est pas le cas. Cette vision est un événement futur auquel Louise a accès grâce au langage extraterrestre, qui semble capable de décupler les capacités de son cerveau et de son esprit. Ce don met Louise face à un terrible dilemme : sachant qu'il est écrit qu'elle se mariera avec son collègue Ian (Jeremy Renner), qu'ils divorceront et que leur fille mourra d'une maladie incurable, est-ce que cela vaut la peine de commencer à fréquenter Ian ? Ne devrait-elle pas fuir afin d'éviter cette souffrance insoutenable ? Cette possibilité ne semble même pas lui traverser l'esprit. Louise embrasse son destin et se fait la promesse de profiter de chaque instant avec sa fille.

Le dernier axe de réflexion du film est certainement le plus inquiétant. Il s'agit de la géopolitique, présente en toile de fond de ces apparitions surnaturelles survenues dans plusieurs pays du monde. Face à ce phénomène, certains pays comme les Etats-Unis tentent une approche pacifiste emprunte de méfiance, d'autres comme la Chine et la Russie attaquent presque immédiatement. Tout cela dans une grande confusion puisque chaque pays refuse de communiquer les informations qu'il détient. Finalement, on constate tristement que, si Louise n'avait pas eu le don de voir le futur, il y aurait eu une troisième guerre mondiale. L'équilibre mondial peut-il réellement basculer si rapidement ?

Ma note : 17/20

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents