Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Itinéraire d'une cinéphile

Bienvenue sur mon site de critiques de films et de séries en tous genres. Bonne visite !


13 Reasons Why

Publié par Coralie sur 23 Avril 2017, 18:34pm

Catégories : #Séries - Drame

13 Reasons Why

Diffusion : le 31 mars sur Netflix

Vu en : version originale sous-titrée

Ma critique : Lorsqu’un personnage de film ou de série trouve une boîte sur son paillasson, c’est rarement bon signe. Celle trouvée par Ian Mitchell (Milo Ventimiglia) dans l’excellente série "Chosen" avait par exemple enclenché une spirale infernale dont peu de gens étaient sortis vivants. Dans "13 Reasons Why", le mystérieux paquet est adressé à un adolescent, Clay Jensen (Dylan Minnette). Il contient sept cassettes audio sur lesquelles Hannah Baker (Katherine Langford), une de ses camarades de classe, détaille les treize raisons pour lesquelles elle s’est suicidée quelques jours auparavant.

Adaptée du best-seller éponyme de Jay Asher, la nouvelle pépite de Netflix est notamment produite par la chanteuse Selena Gomez et Tom McCarthy, réalisateur du poignant "Spotlight" (dont vous trouverez ma critique ici : http://moviesaddiction.over-blog.com/spotlight). Dire que "13 Reasons Why" est une série sur le harcèlement scolaire serait réducteur car elle va bien au-delà de cela. Le cœur de cette série est véritablement le suicide et son effet papillon sur l’entourage de la victime. Il y a une dimension postérieure qui consiste à en observer les conséquences, mais aussi une dimension antérieure car la série s’attache à nous montrer le quotidien d’Hannah et les différentes étapes mentales qu’elle a franchies avant de prendre la décision de mettre fin à ses jours. En ce sens, "13 Reasons Why" est porteuse d’un message préventif capital : d’une part, elle incite ses spectateurs à être attentifs aux signaux de détresse éventuellement émis par leurs proches et, d’autre part, elle invite les personnes ayant des envies suicidaires à en parler avant qu’il ne soit trop tard. Les créateurs de cette série s’allient pour faire passer un message clair : le suicide ne doit jamais être une option.

13 Reasons Why

Pour traiter ce délicat sujet du suicide adolescent, la série adopte un angle mâture et traite ses jeunes personnages comme des adultes. Exit le glamour et les paillettes de séries adolescentes telles que "Gossip Girl", les personnages de "13 Reasons Why" font tous face à une forme de mal être, plus ou moins surmontable. C’est la version sombre du passage à l’âge adulte qui nous est ici montrée, celle où l’on crie à l’aide sans que personne ne nous entende, celle où la solitude fait des ravages. Qui dit sombre ne dit pas forcément irréaliste : nombreux sont les spectateurs qui se reconnaissent en Hannah, ou en l’un de ses camarades. Cette identification immédiate et durable aux personnages est véritablement l’une des forces de "13 Reasons Why". Elle est renforcée par le jeu impeccable et inspirant des acteurs. Katherine Langford, Dylan Minnette, Alisha Boe, Brandon Flynn… tous sont impressionnants de justesse.

Afin que l’on comprenne le mieux possible ce qu’a enduré et ressenti Hannah durant les semaines qui ont précédé sa mort, la série opte pour un récit qui alterne entre le passé et le présent, passant de l’un à l’autre grâce à des transitions judicieuses. A aucun moment on ne se perd dans les va-et-vient du récit grâce à des éléments tels que le pansement au front de Clay, la coupe de cheveux d’Hannah, et surtout la couleur de l’image (lumineuse/rosée pour le passé, bleue/grise pour le présent). C’est avec un grand intérêt que l’on découvre tout ce que le passé d’Hannah a à nous apprendre.

13 Reasons Why

"13 Reasons Why" est l’illustration parfaite de l’expression « Avec des si, on refait le monde. ». En effet, le suicide d’Hannah n’est pas dû à un seul événement isolé, mais à une accumulation d’événements. On ne peut donc s’empêcher de se dire que, si telle ou telle personne n’avait pas fait telle ou telle chose, Hannah serait toujours en vie. Ce sentiment d’impuissance et de culpabilité, qui ronge particulièrement Clay, déteint sur nous. On a parfois presque l’impression de faire partie des treize responsables de la mort d’Hannah. Après la douloureuse scène du suicide d’Hannah, on pense avoir émotionnellement touché le fond, mais le pire est à venir : la mort d’Alex Standall (Miles Heizer) enfonce le clou. Soit il s’est suicidé d’une balle dans la tête comme le dit le proviseur, soit il est la première victime de son camarade Tyler Down (Devin Druid), qui souhaite se venger de ses harceleurs. Cette seconde hypothèse pourrait expliquer pourquoi Tyler a retiré la photo d’Alex de sa collection de photos suspendues à des cordes à linges. Dans les deux cas, la mort d’Alex Standall est un coup de massue car, ni nous ni les personnages, ne l’avons vu venir. Pourtant, tous les signes avant-coureurs – auxquels nous sommes désormais attentifs du fait de l’histoire d’Hannah - étaient là…

Ma note : 19/20

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents