Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Itinéraire d'une cinéphile

Bienvenue sur mon site de critiques de films et de séries en tous genres. Bonne visite !


Six Feet Under

Publié par Coralie sur 4 Juillet 2015, 15:44pm

Catégories : #Séries - Drame

Six Feet Under

Diffusion : du 3 juin 2001 au 21 août 2005 sur la chaîne américaine HBO

Vu en : version originale sous-titrée

Ma critique : Rarement une série télévisée aura autant touché ses spectateurs que "Six Feet Under". Fruit de l'imagination du désormais génie Alan Ball, elle se déroule dans la demeure "Fisher and Sons", une entreprise de pompes funèbres. Quoi ? On parvient à éprouver de l'affection pour des croque-mort ?! Oui, tout à fait, et vous allez comprendre pourquoi.

En immersion dans cette maison, on apprend à connaître Ruth Fisher (Frances Conroy) et ses trois enfants, David (Michael C. Hall), Nate (Peter Krause) et Claire (Lauren Ambrose). Quand on y réfléchit bien, il y a un peu de chaque Fisher en nous. Comme Ruth, on se sent parfois transparent, avec cette impression que notre entourage se porterait tout aussi bien sans nous. Comme David, il nous arrive de manquer de confiance en nous. Comme Nate, nos efforts pour bien faire ne sont pas toujours récompensés. Enfin, comme Claire, on rêve de changer le monde et d'en finir avec cette société de consommation où la différence est mal perçue. Cette proximité émotionnelle avec les personnages est renforcée par le jeu d'acteurs incroyables. Ceux-ci sont absolument parfaits. Frances Conroy a d'ailleurs été récompensée, en 2004, par un Golden Globe de la meilleure actrice dans une série dramatique. Lauren Ambrose en aurait également mérité un, tant sa prestation est remarquable. Quant à Michael C. Hall, c'est en regardant "Six Feet Under" que l'on se rend compte que "Dexter", dans laquelle il a joué de 2006 à 2013, ne lui a permis d'exploiter qu'environ 30% de ses capacités. Cette série qu'on apprécie - même si elle contient quelques saisons de trop - est donc en réalité un gâchis où Michael C. Hall est bridé dans le rôle d'un tueur en série froid et inexpressif qui ne lui permet pas d'exprimer ses multiples talents. Fans de "Dexter", vous êtes donc invités à découvrir les autres facettes de cet acteur talentueux.

Six Feet Under

Autour des Fisher, gravitent plusieurs personnages secondaires que l'on aime plus ou moins, mais qui sont globalement attachants. Là encore, les acteurs sont impeccables. Ce n'est pas pour rien que "Six Feet Under" s'est vu décerner l'Emmy Award du meilleur casting pour une série dramatique, en 2003. Tous ces personnages ont progressivement appris à évoluer dans un environnement où la mort est omniprésente. Après un très beau générique qui colle parfaitement à la série, chaque épisode commence donc avec la mort d'une personne, qui sera ainsi la prochaine "cliente" des pompes funèbres. Tout comme chaque épisode des "Experts" s'ouvre sur un meurtre, ou "Dr House" sur un malade. Ces décès sont une véritable carte blanche pour Alan Ball, qui peut laisser libre cours à son imagination. Il y a évidemment les morts naturelles, qui nous font un petit pincement au coeur, mais il y a aussi plusieurs morts marquantes. On pense par exemple à la dame électrocutée suite à la chute d'un appareil électrique dans son bain, au monsieur broyé par un ascenseur lorsqu'il essayait d'en sortir entre deux étages, ou encore à celui qui s'est fait écraser par sa propre voiture. En tête des plus choquantes, viennent les morts non accidentelles, et notamment le meurtre homophobe d'un jeune homme. Ces décès sont l'occasion pour Alan Ball de glisser des pistes de réflexion aux spectateurs, sur des sujets délicats tels que le suicide, la peine capitale ou la fin de vie des personnes lourdement handicapées. La mort de la personne est suivie d'un fondu au blanc, sur lequel apparaît son épitaphe. Ce procédé de fondu au blanc est également utilisé à plusieurs reprises à l'intérieur des épisodes. On peut y voir une représentation de la fameuse lumière blanche que certaines personnes sorties du coma disent avoir vue, comme une façon de nous rappeler que la mort n'est jamais bien loin.

Six Feet Under

Même si les Fisher répondent "Non, pas vraiment" à la question récurrente de savoir si leur travail n'est pas trop déprimant, il est clair que celui-ci a grandement affecté leurs personnalités. On peut même questionner leurs santés mentales respectives car chacun d'entre eux discute avec des morts, et notamment avec Nathaniel Fisher, le père de famille décédé dans le premier épisode, laissant ainsi les commandes de l'entreprise à ses deux fils. A ces apparitions, s'ajoutent des rêves éveillés, qui prêtent souvent à sourire. Les éléments irréels les plus amusants à regarder sont les fausses réalités, dans lesquelles ils imaginent ce qu'ils auraient aimé dire ou faire à tel moment, puis reviennent à la réalité. D'ailleurs, on sait qu'on commence à bien connaître les personnages lorsqu'on parvient à différencier les moments réels des moments rêvés, avant qu'ils ne reviennent à la réalité. Tous ces éléments contribuent à renforcer le caractère original de cette série et à lui créer une atmosphère propre. L'atmosphère particulière de "Six Feet Under" se ressent aussi dans les couleurs, avec une palette principalement composée de gris et de noir. On note également la précision de la réalisation, avec des cadres travaillés, ainsi que le soin apporté par Alan Ball, Thomas Golubic et Gary Calamar au choix des musiques.

Six Feet Under

De plus, "Six Feet Under" marque les esprits par sa façon d'aborder l'homosexualité, à travers le personnage de David Fisher. Loin des clichés et des préjugés, nous découvrons un homme introverti et mal dans sa peau qui, peu à peu, va s'affirmer et gagner en assurance. Sa progression, malgré un parcours semé d'embûches, fait plaisir à voir et en fait un personnage terriblement attachant. Sa vie sentimentale sera l'occasion d'aborder des thèmes connexes comme l'homoparentalité ou la gestation pour autrui. Celle de son frère Nate, bien que lassante par moments, sera également prétexte à réflexion, notamment sur l'adultère ou la difficulté à élever l'enfant de son conjoint.

Enfin, "Six Feet Under" fait partie des rares séries dont la fin est réussie. Dans un magnifique flash-forward, sur fond de la chanson déchirante "Breathe Me" de Sia, cette pépite se termine en respectant le fil rouge qu'elle a suivi durant cinq saisons : un jour ou l'autre, tout le monde meurt.

Ma note : 18/20

L'anecdote : "Six Feet Under" est un véritable vivier à futures célébrités puisqu'on y retrouve Dean Norris, Ricardo Antonio Chavira, Austin Nichols, Justin Theroux, Anna Gunn, Ellen DeGeneres (jouant son rôle), Nolan North, Sarah Rafferty, Adam Rodriguez, Michelle Trachtenberg.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents