Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Itinéraire d'une cinéphile

Bienvenue sur mon site de critiques de films et de séries en tous genres. Bonne visite !


The 100 (Saison 2)

Publié par Coralie sur 14 Mars 2015, 16:15pm

Catégories : #Séries - Science-fiction

The 100 (Saison 2)

Diffusion : du 23 octobre 2014 au 12 mars 2015 sur la chaîne américaine CW

Vu en : version originale sous-titrée

Ma critique : Créée par Jason Rothenberg, en se basant sur le roman éponyme de Kass Morgan, "The 100" est la grande surprise de la CW. Dans une première saison de qualité, elle nous a prouvé que, sous ses airs de série pour adolescents avec ses acteurs aux physiques de mannequins et ses histoires d'amour, se cache en réalité une série intrigante et complexe qui a su se démarquer en apportant, par moments, de la noirceur. C'est cette noirceur, ces morts osées et soudaines de personnages, qui apportent du sérieux à "The 100" et lui permettent d'élargir son audience à un public plus mature. Après un excellent final, nous attendions avec impatience le début de la deuxième saison.

The 100 (Saison 2)

A peine commencée, celle-ci nous a grandement réjouis puisque, dès le deuxième épisode, "The 100" s'est dotée d'un excellent générique collant parfaitement à la série. En effet, à travers la vision d'un satellite, ou tout du moins d'une machine, nous découvrons l'environnement hostile dans lequel nos héros doivent survivre. Au vu de la densité des forêts et de l'immensité des paysages, force est de constater que les survivants n'ont exploré qu'une infime partie du territoire où ils ont atterri. Rythmé et angoissant, ce générique fraîchement créé parvient également à nous toucher grâce à une voix féminine résonnante, version estompée mais rallongée de celle qui ouvre le générique de la série policière "Cold Case" (http://www.youtube.com/watch?v=oaKmtbBoIvg).

Avec cette deuxième saison, "The 100" est clairement montée d'un cran. Les enjeux, dont l'importance ne cesse de croître, impliquent des décisions de plus en plus dures à prendre. Les personnages principaux sont confrontés à des dilemmes moraux susceptibles de les changer à tout jamais. Au gré des actes de chacun d'entre eux, nos sentiments à leur égard varient, passant parfois de l'affection au dégoût, mais aussi de la haine à l'admiration. Bien plus que dans la première saison, qui paraît désormais fade en comparaison, les personnages ont grandement évolué. Tous ont suivi des chemins différents, parfois logiques, parfois surprenants, mais toujours fortement appréciables. Ces fortes progressions permettent à plusieurs personnages de faire leur entrée sur le devant de la scène, et donnent davantage d'ampleur à ceux qui s'y trouvaient déjà. Toutes ces évolutions nous amènent à un schéma dans lequel les femmes dominent clairement. Clarke (Eliza Taylor), Octavia (Marie Avgeropoulos), Raven (Lindsey Morgan), Abby (Paige Turco), Lexa (Alycia Debnam Carey), toutes sont des battantes qui n'ont pas froid aux yeux. Cela n'a échappé à personne, si bien que plusieurs téléspectateurs ont qualifié "The 100" de "féministe", comme si cette caractéristique était péjorative. Au contraire, cette construction de supériorité féminine est une très bonne chose. Et le fait que certains s'offusquent que des femmes occupent ainsi des places importantes, à hautes responsabilités, prouve qu'il y a encore du travail à faire.

The 100 (Saison 2)

La deuxième saison de "The 100" nous a offert son lot d'action, d'émotions et de surprises. Le choix d'une saison composée de 16 épisodes ne laisse aucune place aux épisodes de remplissage, triste procédé devenu la spécialité de "The Walking Dead". En revanche, là où on aurait aimé que "The 100" s'inspire de "The Walking Dead", c'est au niveau de la survie. En effet, cet aspect est relégué au second plan, voire carrément non abordé. On sait où se situe le campement des survivants, mais comment se nourrissent-ils ? Et, surtout, comment parviennent-ils à vivre dans une forêt remplie de créatures hostiles ? Il est nécessaire de traiter ce thème car il va de pair avec l'environnement de la série, et il est indispensable si celle-ci veut continuer à attirer un public adulte.

The 100 (Saison 2)

De plus, il faut que les scénaristes assortissent leur bonne volonté d'un travail plus conséquent. Par exemple, le gorille dans la forêt était une idée bienvenue mais, lorsqu'il est si mal fait visuellement, cela se transforme en farce... On pense également à la relation entre Clarke et Lexa. Elle part d'une bonne intention, celle de représenter les minorités à la télévision, mais elle a été beaucoup trop vite amenée. Il aurait fallu qu'on décèle les sentiments de Lexa en amont, et non les concentrer dans un épisode et conclure celui-ci par un baiser. Cette sensation de travail bâclé empêche de porter de l'affection à leur couple. Mis à part ce hic, les rebondissements sont crédibles et les intrigues sont captivantes. Le meilleur épisode de la saison est probablement le huitième, suivi de près par le quinzième. Mais alors, me direz-vous, que fais-tu du final ?

L'épisode final de cette deuxième saison de "The 100" était décevant. D'une part, il était d'une intensité bien inférieure à l'épisode précédent, alors que le rôle d'un final est justement de terminer la saison en apothéose. La guerre, que l'on nous promet depuis plusieurs épisodes, s'est finalement soldée par une technique, certes originale, mais pauvre en rythme et en suspense. D'autre part, le dénouement concernant le groupe, et celui concernant Murphy (Richard Harmon), sont intéressants. Cependant, la dernière scène est beaucoup trop farfelue. Elle nous laisse dans un état dubitatif et ne parvient pas à créer ce besoin insoutenable de réponse qui aurait dû nous donner envie de voir la suite. Jusqu'ici, les scénaristes de "The 100" donnaient l'impression de savoir où ils nous emmenaient, on espère qu'ils ne se sont pas perdus en route.

Ma note : 17/20

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents